Comment progresser en anglais ? Anglais facile et gratuit grâce au CPF

Nous les Français, nous ramons en anglais, c’est bien connu.

Malheureusement pour nous, l’anglais deviens de plus en plus un critère de sélection et de promotion dans la majorité des entreprises françaises. Il est donc un handicap chez ceux qui ne le comprennent pas ou le parlent mal.

Les salariés français sont-ils vraiment si nuls en anglais ?

D’après une étude de The Economist, réalisée en 2012, 63% des cadres français estiment que leur niveau en langue pénalise les ambitions de leur entreprise à l’international.

De plus, les français connaissent souvent une inhibition handicapante. Souvent, ils ne se lancent pas par timidité. En cause, notre culture. Nous n’osons prendre la parole que lorsque nous sommes sûrs d’énoncer des phrases correctes. C’est oublier que l’on apprend énormément de ses erreurs. D’ailleurs, si notre interlocuteur ne nous comprend pas, il nous demandera simplement de répéter. Il n’y a pas mort d’homme.

Au total, 45% des salariés pensent que parler anglais au travail est source de stress, selon un sondage de la CFE-CGC.

La majorité des salariés français voit pourtant dans la maîtrise de l’anglais un critère de sélection et de progression. D’autant plus que l’instauration des tests mondialement reconnus, comme le TOEIC, a donné aux recruteurs un élément d’appréciation du niveau des candidats. Les salariés parlant bien anglais peuvent ainsi se distinguer. En mentionnant, par exemple, une note comprise entre 850/990 et 990/990 au TOEIC sur leur CV.

C’est pourquoi chez Progression Formation, nous croyons en l’impact de la formation continue en anglais. Notre formation au TOEIC, éligible au CPF et remboursée par l’Etat à 100%, permet ainsi aux salariés de se distinguer en mentionnant leur score sur leur CV. D’autant plus qu’il est généralement au-dessus de 850, explique notre directrice pédagogique Sandra Colly-Durand, professeur à l’ESSEC.

La formation en anglais chez Progression Formation est ouverte à tous les salariés. De l’ouvrier au cadre, de 18 à 60 ans et plus

Tout le monde a le droit et l’envie de se former en anglais. Du chômeur au cadre supérieur, financé par la formation continue, en passant par les réceptionnistes ou par les salariés de PME. Quel que soit le secteur, sans l’anglais, on se met des barrières. Car en effet, dans notre contexte économique de plus en plus mondialisé, les entreprises cherchent la croissance hors de leurs frontières.

Ainsi, apprendre l’anglais est vraiment stratégique. C’est pourquoi les langues arrivent en tête des budgets consacrés à la formation. Mais le problème vient souvent du manque d’implication du stagiaire dans la formation, certains salariés la demandent sans réelle motivation.

C’est pourquoi chez Progression Formation nous demandons une caution de 10% à 20% à chaque salarié prenant une formation. Cette caution est rendue au salarié lorsqu’il a passé son examen du TOEIC en centre agréé, sans exigence de score minimal. Cette pratique toute simple permet de dissuader les salariés ou chômeurs qui n’ont pas la motivation pour se former en anglais.

L’avantage de notre formation e-learning est qu’elle se déroule, du début à la fin, en anglais. En effet, notre formatrice parle uniquement en anglais lors de la préparation au TOEIC, ce qui est un plus pour bien s’imprégner de la langue.

Avec Progression Formation vous allez alors voir comment :

  • apprendre l’anglais facilement
  • parler anglais couramment
  • conjuguer correctement en anglais
  • parler l’anglais business
  • parler l’anglais professionnel
  • traduire de l’anglais au français
  • traduire du français à l’anglais
  • apprendre l’anglais gratuitement (grâce à vos crédits DIF et CPF, voir la vidéo explicative ci-dessous)

 

Peut-on se passer de l’anglais en entreprise aujourd’hui ?

La réponse est non.

Est-ce facile de se mettre à l’anglais ?

La réponse est oui, pour n’importe qui de motivé.

Aujourd’hui, nos entreprises s’internationalisent de plus en plus. Et plus l’entreprise s’internationalise, plus les besoins sont importants car il y a de plus en plus de filiales à l’étranger, des collaborateurs ou des fournisseurs qui ne parlent pas français. Sans parler des normes internationales souvent écrites en anglais.

Il y a 30 ans, on avait beaucoup moins d’exigences en anglais. Aujourd’hui, la plupart des cadres ont besoin de l’anglais mais aussi les commerciaux, les acheteurs, les techniciens, la recherche et développement. Le besoin en anglais se fait maintenant ressentir dans toute la hiérarchie de l’entreprise. Il arrive même que des ouvriers aient besoin de l’anglais, quand ils travaillent sur des écrans et des ordinateurs. De même, un juriste travaillant sur des contrats internationaux doit être excellent en anglais, par exemple.

Comment les entreprises réagissent-elles face à ce besoin d’anglais ?

Dans beaucoup d’entreprises, le test du TOEIC devient obligatoire et un score minimum est nécessaire pour prétendre à certaines fonctions. Ce score minimum peut être fixé à 750/990, ou à 800 voire 850, en fonction des besoins des entreprises. De même, dans la majorité des entreprises, une partie de l’entretien d’embauche se passe désormais en anglais. Un niveau insuffisant peut être rédhibitoire. C’est pourquoi nombre d’entreprises, de tous secteurs, proposent une immersion dans des pays anglophones.  Le concept du e-learning, les cours par Internet, se développe aussi énormément dans les entreprises françaises. Les stages sont financés par les entreprises, mais aussi par le DIF et par le CPF.

Un anglais mal maîtrisé peut-il être un frein pour évoluer professionnellement ?

Lors d’une réunion, il suffit qu’une seule personne ne parle pas français, pour que l’on soit obligé de parler en anglais du début à la fin. Si une personne comprend mal l’anglais, elle ne va pas intervenir. Cela serait l’un des premiers générateurs de stress en réunion. Les plans de formation en langues sont donc un levier pour diminuer le stress au bureau. Il faut donc clairement que la France s’améliore en anglais, c’est un élément de sa compétitivité.

81% des TPE-PME considèrent la formation professionnelle comme un levier de compétitivité et de croissance, selon un sondage du MEDEF. La formation est tout ce qui permet d’améliorer le niveau d’anglais et donc tout ce qui fera un pays plus fort, en termes d’attractivité pour les entreprises ou même pour le tourisme. On parle beaucoup des autres facteurs de compétitivité, comme les impôts, le travail…en oubliant que l’anglais est un facteur de compétitivité pour notre pays. Un mauvais niveau d’anglais est donc clairement un handicap pour les entreprises. En France, 63 % des cadres interrogés estiment que les différences de langues et de culture affectent les ambitions de leur entreprise à l’international.

Près d’une entreprise exportatrice sur deux a vu échouer d’importantes transactions commerciales à cause de malentendus linguistiques et culturels, selon une étude menée par The Economist

Cette étude a exploré l’impact des barrières culturelles et linguistiques sur les entreprises exportatrices ou souhaitant le devenir. 572 cadres et plusieurs experts ont été interrogés dans une vingtaine de pays. Ils travaillaient, pour la plupart, dans des groupes réalisant plus de 500 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Si les entreprises du nord de l’Europe – qui maîtrisent mieux l’anglais – sont moins touchées par les barrières linguistiques, en France, plus de 60% des cadres estiment que les différences de langues menacent les ambitions de leur entreprise à l’international.

Les trois quarts des cadres brésiliens interrogés et plus de la moitié des cadres chinois évoquent des pertes financières à la suite de transactions avortées à cause de malentendus linguistiques.

En cause : un manque de formation linguistique

Dans la moitié des entreprises passées en revue, les cadres considèrent que l’offre de formation en anglais n’est pas suffisante. En fait, les grandes PME n’ont pas pris la mesure des enjeux linguistiques et c’est tout à fait regrettable.

L’anglais reste la langue dont la maîtrise est jugée la plus importante pour les transactions internationales (pour 68 % des sondés) devant le mandarin (8 %) et l’espagnol (6 %). En réalité, le niveau moyen d’anglais est meilleur qu’il y a dix ans. Mais il n’est toujours pas au niveau souhaitable pour le développement des entreprises. Car « l’anglais est notre langue de travail et notre outil de communication », estime Véronique Poli, responsable de la formation en anglais chez Orange. Selon elle, Orange se situe dans le trio de tête en France en matière de dépenses dans les formations en langues, qui rencontrent beaucoup de succès chez les salariés.

Les formations linguistiques sont les plus demandées des formations professionnelles et représentent 20 % de la demande des entreprises, selon le baromètre 2011 du courtier Place de la Formation.

Pour conclure, le moyen le plus sûr de progresser en anglais semble être la formation professionnelle et continue.

anglais

E-learning : La formation en ligne, pourquoi et comment l’adopter ?

L’outil de formation du salarié connecté
progression formation
Progression Formation

Se former à distance, où et quand vous le souhaitez, selon vos disponibilités et vos envies…
La méthode e-learning vous permet de réaliser votre parcours de formation à votre rythme et depuis votre ordinateur ou votre tablette.

Les + de cette méthode chez Progression Formation

  • Vous vous formez de chez vous à votre rythme et selon vos disponibilités.
  • Un parcours de formation pouvant être réalisé en plusieurs fois.
  • Un formateur référent pédagogique pour répondre à vos questions et suivre vos avancées.
  • Des quizz, schémas animés, vidéos et exercices interactifs qui agrémentent le parcours.
  • Service d’assistance technique lié à votre parcours.

Pourquoi le e-learning ?

Même l’école se tourne vers le digital ! En effet, de plus en plus de cours sont disponibles et dispensés en ligne. Avec la numérisation et la digitalisation de la plupart des objets de la vie courante, il s’agit là d’une évolution nécessaire, et dans l’air du temps. La pédagogie évolue, les moyens de l’inculquer le doivent aussi.

En entreprise, le constat est similaire. L’émergence de solutions digitales pour la formation et/ou l’évaluation des collaborateurs fait mouche et pousse à la curiosité ! En effet, 80% des entreprises utilisent des formations en ligne et 30% de la formation professionnelle se fait sous forme de e-learning.

20 % de nos collaborateurs qui se rendent en formation présentielle déclarent qu’elle n’est pas adaptée à leurs besoins. Le numérique permet d’éliminer ces erreurs d’orientation, selon Sylvain Delozanne, directeur adjoint, responsable du développement et RH Pilote de formation de la SNCF.

Le e-learning occupe donc une place grandissante dans les entreprises de toute taille voulant améliorer la qualité de ses formations, faciliter l’acquisition de compétences sur le long terme et permettre l’évaluation des collaborateurs. Cette nouvelle méthode allie innovation et contenu de formation de qualité pour améliorer l’apprentissage.

Le e-learning, quels avantages ?

Chez PROGRESSION FORMATION le e-learning présente de nombreux avantages :

• La flexibilité d’apprentissage : l’apprenant choisit lui-même le lieu et le moment pour se former.
• Les investissements en formation sont rentabilisés et pérennisés: un logiciel complet permet de regrouper plusieurs modules en un seul. En effet, il peut s’agir d’un outil d’accompagnement pour le formateur, d’entrainement pour l’apprenant et d’évaluation pour le manager.
• Faire face à des situations proches de la réalité grâce à la simulation 3D représente un atout majeur : les apprenants peuvent s’entrainer et se perfectionner.
• Adapter et faire évoluer les contenus pour une meilleure pertinence et efficacité de la formation.
Etre un acteur à part entière dans le processus de formation : être actif plutôt que passif permet un meilleur apprentissage et implique directement l’apprenant.

Dès lors, comment optimiser mon apprentissage en e-learning ?

  • Organisez votre temps d’apprentissage

Pour cela, il est nécessaire que vous définissiez un emploi du temps précis et que vous le respectiez. Estimer que vous suivrez les modules uniquement quand vous aurez le temps sous prétexte que vous n’êtes pas soumis à une date ou un horaire est une erreur !

Vous trouverez forcément quelque chose d’important à faire à la place et repousserez toujours au lendemain. Prenez donc le temps de lire le programme de la formation  et identifiez le nombre d’heures conseillées pour suivre vos modules. Vous pourrez ainsi élaborer un calendrier détaillé en renseignant les créneaux sur lesquels vous allez vous auto former. Prévoyez une plage de 20 minutes avant et après la formation pour garder une certaine flexibilité et gérer une éventuelle urgence.

  • Apprenez avec sérieux et méthode 

Tout au long du module, vous pouvez prendre des notes afin de bien retenir les notions abordées. Certaines personnes ont en effet besoin d’écrire pour mieux retenir.

De plus, à la fin de chaque module d’elearning, vous êtes évalué afin de valider les acquis de la formation.

 

Il s’agit de vérifier que vous avez bien retenu les points essentiels.

Ne prenez pas cela pour une punition et ne vous laissez pas tenter par la solution internet. En effet, l’objectif de suivre une formation est d’acquérir des connaissances et d’apprendre des concepts à réutiliser dans la vie professionnelle. Il s’agit d’une opportunité !

  • Ne vous laissez pas perturber pendant votre formation 

Avant de suivre votre module elearning sur votre poste, mieux vaut prendre quelques précautions afin d’être dans les meilleures conditions de travail possible. Prévenez votre entourage que vous souhaitez vous former aujourd’hui. Cela évitera que l’on vous sollicite durant votre formation.

Vous pouvez également mettre votre téléphone sur renvoi ou en mode avion, afin de vous former paisiblement.

  • Et après la formation  ? 

Notez les éventuelles questions que vous voudriez poser à un formateur de PROGRESSION FORMATION si vous n’avez pas bien assimilé une partie. Nos équipes internes sont là pour transmettre vos questions au formateur adapté. Il serait donc dommage de rester avec un point en suspens après avoir suivi la formation.

 

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour réussir au mieux votre session d’e-learning ! A vous d’appliquer par la suite, dans votre quotidien, les notions apprises.

Chacun est libre d’adapter sa méthode ! Mais gardez à l’esprit qu’avec un peu d’organisation et de bonne volonté, tout sera plus facile ! 

e-learning

CPF : de quoi parle-t-on ? PROGRESSION FORMATION vous explique.

Le CPF -ou compte personnel de formation- est une nouvelle modalité d’accès à la formation. Celle-ci est entrée en vigueur avec la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Il a pour ambition d’accroître le niveau de qualification de chacun et de sécuriser le parcours professionnel.

CPF

Chez PROGRESSION FORMATION le compte personnel de formation (CPF) est ouvert pour toute personne âgée d’au moins 16 ans. Il faut cependant qu’elle soit en emploi, en recherche ou accompagnée dans un projet d’orientation et d’insertion professionnelle. Il leur permet ainsi de se former gratuitement et sans avancer les frais.
PROGRESSION FORMATION
PROGRESSION FORMATION

Ces nouveaux droits acquis sont attachés à la personne et non à l’entreprise. Ainsi les heures de formation inscrites sur le compte demeurent acquises. En cas de changement de situation professionnelle ou de perte d’emploi de son bénéficiaire, elles sont toujours accessibles.

Envie d’en savoir plus ? Cliquez ici.

Ce dispositif remplace le DIF (droit individuel à la formation) à compter de janvier 2015. Les heures non consommées au titre du DIF pourront être mobilisées pendant cinq ans dans le cadre du nouveau compte CPF.

Le CPF s’adresse aux : salariés du privé, aux demandeurs d’emploi, aux jeunes sortis du système scolaire obligatoire et en recherche d’emploi. Pour les fonctionnaires, le dispositif du DIF est maintenu.

Avec PROGRESSION FORMATION et le CPF vous allez pouvoir vous former gratuitement à des tests reconnus mondialement comme le TOEIC :

En pratique :

Le compte personnel de formation est alimenté en heures de formation chaque année. Le cas échéant, il est nourri par des abondements complémentaires, selon des modalités précises. Il permet de capitaliser des heures de formation à raison de 24 heures par an jusqu’à un plafond de 120 heures, puis de 12 heures jusqu’à la limite de 150 heures au total. Pour un temps partiel, les heures sont calculées à due proportion du temps de travail effectué.
Le compte peut également être abondé par un accord d’entreprise, un accord de branche ou un accord conclu par les organisations syndicales de salariés et d’employeurs signataires de l’accord constitutif d’un organisme collecteur paritaire agréé (OPCA) interprofessionnel.

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, un abondement supplémentaire de 100 heures est accordé au salarié qui n’a pas eu les entretiens professionnels auxquels il a droit. Et c’est également le cas s’il n’a pas bénéficié d’au moins deux des trois actions suivantes :

 

  • une formation,
  • une progression salariale ou professionnelle,
  • l’obtention d’éléments de qualification/certification par la formation ou la validation des acquis de l’expérience (VAE).

L’entreprise verse à l’OPCA une somme forfaitaire, dont le montant est fixé par décret en Conseil d’État, correspondant à ces 100 heures (130 heures pour les personnes à temps partiel).

C’est le salarié qui prend l’initiative d’utiliser son compte personnel de formation (CPF) afin de concrétiser son projet de formation.

Si la formation se déroule hors du temps de travail le salarié n’a donc pas besoin de l’autorisation de l’employeur.

Idem si elle vise l’acquisition du socle de connaissances et de compétences ou lorsqu’elle fait suite à un abondement complémentaire de 100 heures.

 

Lorsque la formation est suivie pendant le temps de travail, le salarié doit recueillir l’accord préalable de l’employeur. L’employeur lui notifie alors sa réponse dans un délai de 30 jours. L’absence de réponse de l’employeur vaut acceptation.

Tous les demandeurs d’emploi disposent d’un compte personnel de formation à compter du 1er janvier 2015.

Lorsqu’un demandeur d’emploi bénéficie du nombre d’heures suffisant sur son CPF,  son projet est alors validé par notre organisme.
Si le nombre d’heures est insuffisant, Pôle emploi ou l’une des autres institutions en charge du conseil en évolution professionnelle, fait appel aux financements complémentaires disponibles.

Pour  en savoir plus et pour poser vos questions sur le CPF et sur nos formations, rendez-vous sur : le grand forum des actifs de France.